Homéopathie : comment soigner un mal de gorge ?

Il arrive souvent qu’on souffre d’un mal de gorge et surtout, pendant l’hiver. La plupart du temps, cela se produit en raison d’une infection virale, mais cependant, ce n’est pas la seule cause. Il arrive que ce soit dû à une irritation parce que vous vous mettez à tousser régulièrement, ce qui s’accompagne par des maux à la déglutition comme ça arrive quand vous souffrez d’une angine.

Un mal de gorge dispose de traitements médicaux et de remèdes pour en venir à bout et calmer rapidement les douleurs. Alors, si vous vous sentez enroué, que votre nez se met à couler et que vous toussez ? Vous pouvez opter pour les médicaments homéopathiques pour vous aider à lutter contre les maux de gorge.

L’homéopathie : que faut-il savoir au juste ?

L’homéopathie représente un concept qui fait débat dans le monde de la médecine entre les professionnels dans le domaine. Il a vu le jour vers la fin du 18e siècle, il se base sur le fait que ce qui cause une maladie peut permettre de la prévenir et de la guérir. L’homéopathie a été créée en 1796 par Samuel Hahnemann qui est un médecin allemand.

Le principe de ce concept est d’utiliser une substance qui a engendré l’apparition d’un symptôme pour soigner le même symptôme de la maladie qui a été causé. Les médecins qui optent pour la méthode de l’homéopathie estiment qu’elle marche en entrainant le corps à se soigner lui-même.

Un second principe sur lequel se base également l’homéopathie, c’est celui qui repose sur la loi des infinitésimales, qui comprend un processus de dilutions en série et d’agitations qu’on appelle aussi phases de dynamisation qui, normalement consistent à faire évoluer la puissance du produit, même s’il n’est pas très concentré en actif végétal, animal ou minéral.

A lire aussi :  Kits pédicure : comment les utiliser ?

Il existe des préparations homéopathiques qui sont en vente en pharmacie et que vous pouvez acheter librement sans avoir besoin d’une ordonnance. Vous allez les trouver en forme de comprimés de petite taille à mettre sous votre langue et également :

  • en gels ;
  • en pommades ;
  • en gouttes.

Les produits homéopathiques sont prescrits selon la pathologie que vous désirez soigner et aussi selon votre situation. En effet, il peut arriver que deux malades avec les mêmes symptômes puissent recevoir un traitement homéopathique différent.

Ces derniers doivent disposer d’une autorisation de mise sur le marché, tel que c’est le cas pour les autres médicaments classiques, mais les homéopathiques ne subissent pas d’études cliniques afin d’estimer leur efficacité.

Comment soigner un mal de gorge avec l’homéopathie ?

De nos jours, avec seulement un test de diagnostic, le docteur peut vite fait savoir si vous souffrez d’une angine streptococcique (il va vous prescrire un antibiotique) ou pas et, c’est le diagnostic qu’il fait à 90 % chez les adultes qui souffrent d’une angine.

S’il s’avère que vous avez une angine non streptococcique, l’idéal est de prendre comme traitements des types granulés et des doses homéopathiques.

Pour le traitement homéopathie contre le mal de gorge, vous pouvez avoir recourt aux traitements mentionnés ci-dessous.

Belladonna

Quand votre gorge devient rouge et qu’elle vous fait mal, surtout en avalant, nous vous conseillons de prendre comme traitement Belladonna 9 CH : 5 granule chaque 1 à 2 heures par jour, en rapport à l’intensité de la douleur et par la suite, si vous constatez une amélioration, vous pouvez espacer les prises entre elles.

A lire aussi :  Quelles sont les meilleures marques de coffrets manucure et pédicure ?

Mercurius Solubilis

Dans le cas où l’inflammation que vous ressentez à la gorge vient avec une importante production de salive et une mauvaise haleine, il est préférable à ce moment-là de prendre Mercurius solubilis 9 CH : prenez 5 granules chaque 2 heures et espacez les prises progressivement dans le cas où vous remarquez une amélioration.

Si, en raison d’un mal de gorge, vous décidez de votre propre initiative de prendre un traitement homéopathique, ça ne doit pas vous empêcher de consulter un médecin par la suite, si vous constatez que les symptômes ne diminuent pas dans les 36 heures qui suivent le début du traitement.